CRILCQ DLLF Aide
 

RÉSULTATS DE RECHERCHE


Nouvelle recherche :

Recherche avancée
 

Nombre de documents trouvés : 47



Bas de la page

Page 1 de 5 Première page Page précédente Page suivante Dernière page

   
1 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentRobert Gravel: L'homme qui avait toujours soif (1 de 5)
Date de diffusion 1997-05-26
Durée du segment00:50:45
InvitésGravel Robert, comédien; Montpetit Pascale, comédienne; Savoie Paul, comédien, grand ami de Robert Gravel; Proulx Danielle, comédienne; Pelletier Pol, comédienne; Barre Jean, scénographe privé de Robert Gravel; Leduc Yvon, comédien, complice de la LNI; Provencher Anne-Marie, comédienne, co-directrice du NTE avec Gravel pendant 15 ans; Martin Alexis, comédien; Claing Robert, co-directeur du NTE; Graton Vincent, comédien; Senay Luc, comédien; Proulx Luc, comédien; Sabourin Marcel, comédien; Laprade Anne-Marie, comédienne, compagne de vie de Robert Gravel
ArtisansPedneault Hélène, intervieweuse; Vigeant André, animateur
RésuméEn marge du Festival de théâtre des Amériques à Montréal où l'on présente la première de "Thérèse, Tom et Simon", une pièce de Robert Gravel (14 septembre 1944 - 12 août 1996) laissée en chantier au moment de son décès en août 1996, diffusion du premier volet du portrait de ce grand homme de théâtre. Hélène Pednault a recueilli les nombreux témoignages de collègues et amis de Robert Gravel. Extraits d'archives avec la voix de Robert Gravel tout au long de l'émission : Robert Gravel, l'assoiffé; témoignages et extraits d'entrevue; le paradoxe Robert Gravel; Robert Gravel parle de la discipline qu'il s'impose dans son travail; les vérités du petit Robert (Robert disait...); sa philosophie de vie; témoignage de Marcel Sabourin sur le grand vide laissé par la perte d'un ami proche. De la musique sur disques complète l'émission.
Mots clésFestivalsHommagesLittératureThéâtre
Identifiant1257042
Mise à jour2009-04-17
2 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentRobert Gravel: L'homme qui avait toujours soif (2 de 5)
Date de diffusion 1997-05-27
Durée du segment00:45:27
InvitésGravel Robert, comédien; Pelletier Pol, co-fondatrice du Théâtre Expérimental de Montréal; Barre Jean, scénographe; Morrissette Sylvie, éclairagiste; Leduc Yvon; Provencher Anne-Marie, comédienne; Montpetit Pascale, comédienne; L'Heureux Jacques, comédien; Senay Luc, comédien; Martin Alexis, comédien; Boulianne Marthe, administratrice du NTE; Savoie Paul, comédien, grand ami de Robert Gravel; Claing Robert, co-directeur du NTE; Claing Olga, auteur, fille de Robert Claing; Proulx Danielle, comédienne; Legault Sylvie, comédienne
ArtisansPedneault Hélène, intervieweuse; Vigeant André, animateur
RésuméEn marge du Festival de théâtre des Amériques à Montréal où l'on présente la première de "Thérèse, Tom et Simon", une pièce de Robert Gravel laissée en chantier au moment de son décès en août 1996, diffusion du second volet du portrait de ce grand homme de théâtre. Hélène Pednault a recueilli les nombreux témoignages de collègues et amis de Robert Gravel: l'héritage laissé par Robert Gravel; Robert Gravel était-il un saint ?; l'ivresse du théâtre; les débuts du Théâtre Expérimental de Montréal en 1975, devenu le Nouveau Théâtre Expérimental en 1978, et l'acquisition d'un nouveau lieu, l'Espace Libre, en 1981; lecture du texte "L'esprit des lieux" d'Olga Claing, fille de Robert, se remémorant ses souvenirs d'enfance à l'Espace Libre. La comédienne Louise Laprade soulève l'importance de l'existence d'un théâtre expérimental à Montréal. La troupe Gravel: témoignages de Luc Senay, Alexis Martin et Jacques L'Heureux qui rappellent le bonheur qu'ils ont eu à jouer au Théâtre Expérimental de Montréal. Témoignages sur la nature du lien qui unissait les créateurs Robert Gravel et Jean-Pierre Ronfard, tous deux fondateurs et directeurs du NTE pendant vingt-six ans. Le spectale "Tête à tête"; Robert Gravel, le créateur. La méthode de travail de Robert Gravel par lui-même et selon ses proches. Texte sur Robert Gravel au moment de sa mort composé et lu par la comédienne Sylvie Legault . De la musique sur disques complète l'émission.
Mots clésFestivalsGroupes et réseauxHommagesLecturesLittératureSpectacleThéâtre
Identifiant1618484
Mise à jour2009-04-17
3 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentRobert Gravel: L'homme qui avait toujours soif (3 de 5)
Date de diffusion 1997-05-28
Durée du segment00:46:36
InvitésLegault Sylvie, comédienne; Boulianne Marthe, administratrice du NTE; Senay Luc, comédien; Barre Jean, scénographe; Proulx Danielle, comédienne; Laprade Louise, comédienne, amie et belle-soeur de Robert Gravel; Gravel Robert, comédien; Ronfard Jean-Pierre, metteur en scène; Montpetit Pascale, comédienne; Metayer Eric, comédien, joueur étoile de la ligue française d'improvisation; Leduc Yvon, associé pendant 20 ans de Robert Gravel à la LNI; Sabourin Marcel, comédien, professeur d'improvisation de Robert Gravel
ArtisansPedneault Hélène, intervieweuse; Vigeant André, animateur
RésuméDiffusion du troisième volet du portrait du grand homme de théâtre québécois, Robert Gravel. Hélène Pedneault a recueilli les témoignages de collègues et amis de Robert Gravel: Robert Gravel, le rassembleur, l'animateur et le leader tant à la LNI et qu'au Nouveau Théâtre Expérimental; Robert Gravel, le metteur en scène; Robert Gravel, l'acteur entier, sans aucune pudeur; son rôle de Ron Langlois dans le téléroman "Jamais deux sans toi" de Guy Fournier. Louise Laprade rappelle l'époque du Convervatoire où elle a connu Robert Gravel, un homme fidèle à la tradition, respectueux des œuvres classiques, et parle de ses expériences de travail avec lui, auprès de qui elle a beaucoup joué; émue, elle mesure l'ampleur de son absence. Marie Cardinal, l'écrivaine et épouse de Jean-Pierre Ronfard, raconte comment Robert Gravel l'a aidée à devenir une vraie actrice. Robert Gravel, l'improvisateur et le père de la LNI. Robert Gravel, le professeur d'improvisation. Le succès mondial de la LNI. De la musique sur disques complète l'émission.
Mots clésGroupes et réseauxHommagesLittératureMédiasThéâtre
Identifiant1618485
Mise à jour2009-04-17
4 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentRobert Gravel: L'homme qui avait toujours soif (4 de 5)
Date de diffusion 1997-05-29
Durée du segment00:47:06
InvitésRonfard Jean-Pierre, metteur en scène; Montpetit Pascale, comédienne; Savoie Paul, comédien; L'Heureux Jacques, comédien; Gravel Robert, comédien; Sabourin Marcel, comédien; Proulx Danielle, comédienne; Senay Luc, comédien; Legault Sylvie, comédienne; Homier-Roy René, animateur; Barbe Jean, auteur; Lévesque Suzanne, animatrice; Dubeau Diane, comédienne; Cardinal Marie, auteur
ArtisansPedneault Hélène, réalisatrice; Vigeant André, Animateur
RésuméHélène Pedneault présente l'auteur que fut Robert Gravel. Il commence sa trilogie, "La tragédie de l'homme", en 1991 avec "Durocher, milliardaire". En 1992 viendra "L'homme qui n'avait plus d'amis" et en 1993, "Il n'y a plus rien". Il écrira ensuite en 1996 "Thérèse, Tom et Simon". Les pièces de théâtre de Robert Gravel sont très noires, mais par son écriture, il parvient à montrer le ridicule des situations et à faire rire le public. Marcel Sabourin parle de la relation d'amitié qu'il entretenait avec Robert Gravel et de leur plaisir de parler longuement sur des sujets philosophiques sans se prendre au sérieux. Hélène Pedneault s'entretient avec des comédiens et des amis de Robert Gravel. Ceux-ci parlent de son œuvre et plusieurs disent leur surprise face à la tristesse et à la morbidité qui s'y trouvaient. Mais tous s'entendent pour dire que si l'œuvre dépeint un monde vide, jamais Robert Gravel ne juge ses personnages. Jean-Pierre Ronfard parle de sa relation très proche avec Robert Gravel. Ils se confrontaient et se complétaient. Il analyse l'hyperréalisme de Robert Gravel qui était, selon lui, unique au Québec.
Mots clésFestivalsHommagesLittératureThéâtre
Identifiant1618487
Mise à jour2009-04-17
5 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentRobert Gravel: L'homme qui avait toujours soif (5 de 5)
Date de diffusion 1997-05-30
Durée du segment00:49:00
InvitésSabourin Marcel, comédien; Gravel Robert, comédien, auteur; Laprade Louise, comédienne; Pelletier Pol, comédienne; Provencher Anne-Marie, metteure en scène; Charette Christiane, animatrice; Claing Robert, auteur; Gravel Rose-Hélène, mère de Robert Gravel; Laprade Anne-Marie, compagne de Robert Gravel; Ronfard Jean-Pierre, metteur en scène; Leduc Yvon, comédien; Leclerc Roland, animateur, prêtre
ArtisansPedneault Hélène, réalisatrice; Vigeant André, animateur
RésuméHélène Pedneault aborde l'enfance qui habitait Robert Gravel. Deux thèmes seront pour lui importants, deux archétypes, le cow-boy et le samouraï. Selon son ami Marcel Sabourin, Robert Gravel aimait jouer et le théâtre était une façon de continuer à jouer au cow-boy. Robert Gravel livrera dans des extraits d'entrevue, sa pensée sur la vie, influencée par la philosophie taoïste. L'importance de recevoir de l'amour dans son enfance et de le redonner ensuite, l'importance de faire ce qui est bien au niveau cosmique. Il parlera également de sa conception de la mort. Pol Pelletier évoque son expérience de recherche théâtrale avec Jean-Pierre Ronfard et Robert Gravel. Anne-Marie Provencher mentionne l'enfance de Robert Gravel dans le quartier où il fondera plus tard Espace libre. L'amour de sa mère est important pour lui, le sujet revient dans plusieurs extraits. Celle-ci parle de l'amour de son fils pour le théâtre. Elle allait toujours voir ses pièces et elle n'a jamais été choqué par ce qu'il a fait. Sa compagne, Anne-Marie Laprade, explique qu'il avait changé en écrivant sa trilogie. Selon elle, il voulait plus de paix, se retirer et écrire. Jean-Pierre Ronfard et Marcel Sabourin analysent chacun à leur façon ce que sera l'héritage de Robert Gravel au théâtre québécois.
Mots clésFestivalsHommagesLittératureThéâtre
Identifiant1618490
Mise à jour2009-04-17
6 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentOn n'a rien inventé (1 de 10)
Date de diffusion 1997-08-04
Durée du segment00:58:13
InvitésRoy Gabrielle, auteur; Gélinas Gratien, comédien, dramaturge; Lemelin Roger, auteur
ArtisansMorency Anne, animatrice, journaliste, présentatrice; Roy André, réalisateur
RésuméQui étions-nous il y a 50 ans? Avons-nous bien changé depuis les années 40?
Anne Morency décrit la société québécoise de 1940. Dominée par le premier ministre québécois Maurice Duplessis, cette société connaît une croissance démographique et de meilleures conditions de vie. La production nationale croît de façon importante après la guerre et les gens ont soif de modernisation. On commence à remettre en question deux institutions importantes, l'église et l'éducation. Enfin, de plus en plus de Québécois quittent la campagne pour la ville. Les écrivains et les artistes vont traduire ces nouvelles aspirations dans leurs œuvres. La littérature québécoise de la fin de années 1940 se distingue par deux types de romans: celui qui traite des problèmes sociaux des villes et le roman psychologique, où le héros est toujours un déséquilibré nerveux. Roger Lemelin, répondant à un auditeur qui se plaint qu'il n'y ait pas d'autres genres littéraires, est d'accord avec lui et croit qu'il est temps de passer à autre chose. Pour lui, un bon roman est une belle histoire que l'on raconte, qui projette notre monde intérieur et qui traduit en mots le vécu de l'époque présente.
Dans une entrevue, Gratien Gélinas décrit le personnage de Fridolin qui représente le Canadien-Français, dans sa simplicité et sa lucidité. Des extraits de l'émission "Sondage" des années 1946, nous font entendre des gens de plusieurs endroits au Québec. On comprend leur vécu, leurs préoccupations et le rôle de la radio dans leur vie. L'émission se termine sur une allocution de Gabrielle Roy en 1947, qui parle du quartier de Saint-Henri et de la vie des ouvriers. Elle constate que Saint-Henri est aussi pauvre que lorsqu'elle a écrit son roman "Bonheur d'occasion".
Mots clésCultureDiscoursHistoireLittératureMédiasRomanSociété
Identifiant1257317
Mise à jour2009-04-17
7 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentOn n'a rien inventé (5 de 10)
Date de diffusion 1997-08-08
Durée du segment00:58:07
InvitésMaurois André, auteur, Bazin Hervé, auteur; Pilon Jean-Guy, auteur, poète; Godbout Jacques, auteur
ArtisansMorency Anne, journaliste, animatrice, présentatrice; Roy André, réalisateur
RésuméLes fantômes qui hantent la diffusion de la littérature: Anne Morency nomme les deux questions qui préoccupent le monde littéraire au Québec dans les années 1950-1960: la diffusion de la littérature québécoise et l'engagement des écrivains dans la société. André Maurois, de passage au Québec, croit que les écrivains d'ici sont très bons et il encourage les maisons d'éditions québécoises à créer des liens avec les pays francophones pour élargir le marché des lecteurs. À Hervé Bazin, un animateur a posé la question "Quel avenir voyez-vous à la littérature canadienne-française telle qu'elle se présente actuellement?" Le petit marché québécois reste un handicap pour lui et il encourage les éditeurs d'ici à élargir leur marché au marché francophone européen. Le goût d'une certaine facilité dans l'écriture est également à éviter. Par contre, les écrivains d'ici décrivent une société nouvelle et n'ont pas un long passé littéraire qui les contraint. Lors de l'émission "La Revue des arts et des lettres", cinq écrivains (Yves Thériault, Claire France, Hervé Bazin, Roger Lemelin et Marcel Dubé) répondent à la question "Quels sont les principaux problèmes de l'écrivain canadien?" La question du petit lectorat ressort encore. Un débat sur le médium, livre, théâtre, radio ou télévision, apparaît.
Le poète Jean-Guy Pilon définit l'écrivain canadien-français comme paresseux, sans courage et ne remplissant pas son rôle social d'écrivain. Il admet toutefois que l'écrivain n'étant pas reconnu socialement, on l'empêche de jouer son rôle dans la société. À l'émission "Tribune libre", Paul Lacoste pose la question "Comment doit-on concevoir l'engagement de l'écrivain dans la société canadienne-française?" Les écrivains Yves Thériault, Jacques Filiatrault, Claude Jasmin et les critiques littéraires Jean-Charles Falardeau et Gilles Marcotte répondent à la question.
On peut affirmer que la littérature québécoise a fini par s'imposer et a contribué à la Révolution tranquille. Elle a renouvelé ses formes et son langage.
Mots clésArt engagéCultureHistoireLittératureLivre et éditionMédiasSociété
Identifiant1257439
Mise à jour2009-04-17
8 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentOn n'a rien inventé (6 de 10)
Date de diffusion 1997-08-11
Durée du segment00:58:16
InvitésFrancœur Lucien, poète et chanteur rock
ArtisansMorency Anne, animatrice, présentatrice; Roy André, réalisateur
RésuméSociologie, épistémologie et psychologie de la musique rock: le rock existe depuis près de 45 ans, quatre générations de jeunes y ont adhéré. D'Elvis Presley à Michael Jackson, il est parfois sensuel, parfois mystique, parfois violent. Anne Morency nomme trois points qui font sa force: son ouverture à toutes les frontières musicales, sa capacité d'absorber les influences et ses liens avec la réalité sociale. À l'émission "Un air de famille" en 1995, Marie-Christine Blais trace son histoire et son évolution. Elle nomme des groupes importants de différentes époques et de la musique sur disques est entendue. Elle mentionne également que le terme "Rock and Roll" est adopté dès 1951. Plusieurs intervenants durant l'émission souligneront que si le rock and roll a été inventé par les Américains, ce sont les Britanniques qui l'ont popularisé.
En 1964, des animateurs de l'émission "Partage du jour" demandait à un psychologue et à un sociologue d'expliquer le phénomène des Beatles. Pour eux, les jeunes se servent du symbole des Beatles pour s'affirmer et se démarquer de leurs parents. En 1972, Linda Gaboriau, une Américaine vivant au Québec et connaissant bien le phénomène de la musique rock, parle de la culture américaine et fait des liens entre cette musique et cette culture. Elle mentionne que le rock est une musique de protestation et que lorsqu'il a eu impasse, les jeunes se sont tournés vers la drogue et la musique est devenue psychédélique. Elle mentionne également l'influence importante qu'a eu Bob Dylan. Elle croit qu'une partie du rock deviendra moins une musique de révolte dans les années à venir.
Dans les années 1980, le poète rockeur Lucien Francoeur décrit ce qu'est le rock pour lui. Le rock doit être une rébellion personnelle permanente. Il explique également les origines du mouvement punk.
Mots clésChansonContre-cultureCultureÉtats-UnisHistoireSociétéSociologie
Identifiant1257574
Mise à jour2009-04-30
9 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentMarie-Claire Blais: parcours d'un écrivain (2 de 10)
Date de diffusion 1997-12-02
Durée du segment00:29:30
InvitésBlais Marie-Claire, auteur; Bouchard Danielle, comédienne, lectrice
ArtisansDurand Monique, réalisatrice; Vigeant André, animateur
RésuméMarie-Claire Blais raconte les premiers métiers qu'elle a fait dès l'âge de 15 ans: magasin, usine, secrétariat. Les conditions de travail des ouvriers la révoltent et il lui arrive parfois d'en parler à ses supérieurs. Il en résulte souvent qu'elle perd sa place. Elle sait déjà qu'elle est une artiste. Elle écrit lors de ses pauses. Elle tentera plus tard, dans ses livres, de faire connaître cette misère. Marie-Claire Blais dit qu'on n'oublie jamais l'humiliation et la tristesse de travailler dans de tels milieux de travail. Elle loue avec des amis une chambre à Québec pour pouvoir écrire. Pour elle, l'écriture exige beaucoup de solitude. Elle rencontre d'autres artistes et ils se tiennent dans des cafés. Elle quitte Québec à l'âge de 17 ans pour venir à Montréal qu'elle juge moins oppressif et plus stimulant. Elle travaille au Palais de justice de Montréal et publie ses premiers livres. Elle reçoit une bourse du Conseil des Arts et elle peut se permettre de vivre mieux. Elle évoque la parution de son premier livre "La belle bête" qui est paru dans un contexte de conflit. La critique fut dure avec elle. Elle était une jeune écrivaine révoltée, ce qui n'était pas bien vu. Puis, le père Lévesque et Jeanne Lapointe l'aideront à mieux structurer sa pensée dans son processus d'écriture.
De la musique sur disques complète l'émission.
Mots clésLittératureRomanSociétéSouvenirs
Identifiant1259766
Mise à jour2009-04-17
10 Média Radio
Titre de l'émission LA 11E HEURE
Titre du segmentMarie-Claire Blais: parcours d'un écrivain (5 de 10)
Date de diffusion 1997-12-05
Durée du segment00:29:41
InvitésBlais Marie-Claire, auteur; Bouchard Danielle, comédienne, lectrice
ArtisansDurand Monique, réalisatrice
RésuméMarie-Claire Blais parle de sa maison dans les Cantons-de-l'Est. Elle y vit seule et cette solitude qui lui pèse, l'aide également à écrire, ce qui est le plus important dans sa vie. L'atmosphère y est agréable et invite au recueillement et au travail. Elle raconte ensuite ses quatre années en Bretagne. Chaque semaine elle se rend à Paris pour voir des amis auteurs et se nourrir de la vie parisienne. Elle se tient dans un petit café, "Le temps perdu", à Saint-Germain-des-Prés. C'est une époque où elle a beaucoup écrit. C'est avec joie qu'elle revient au Québec pour revoir ses amis, sa culture. Elle s'installe dans les Cantons-de-l'Est et se rend fréquemment à Montréal. Nous sommes en 1975. Puis, elle décidera de passer ses hivers à Key West aux États-Unis, qu'elle considère comme sa patrie spirituelle, et ses étés dans sa maison des Cantons-de-l'Est. Elle explique pourquoi elle considère les États-Unis comme sa famille de coeur et d'esprit. D'abord par l'importance qu'Edmund Wilson a eu dans sa vie. Puis, à cause de tous ses amis américains qu'elle a connus dans les années 1960. Enfin, elle considère les États-Unis comme un pays jeune, plein de vitalité, où les choses bougent, où les droits de la personne sont importants. Elle trouve dommage que les intellectuels québécois n'aient pas cette opinion en général sur les États-Unis. Plusieurs voyages l'attendent. Elle dit qu'elle aime sa vie de nomade qui nourrit un besoin d'enivrement de connaissances. De la musique sur disques complète l'émission.
Mots clésÉtats-UnisFranceLittératureRomanSouvenirs
Remarques sur
le document
Cette émission a été rediffusée le 1999-05-30 dans le cadre de l'émission "Séries diverses".
Identifiant1802301
Mise à jour2009-04-17
Page 1 de 5 Première page Page précédente Page suivante Dernière page

Haut de la page

 

Chercher dans les résultats



 

Média
Radio (47)
Diffusion
1995-1999 (47)
Mots clés
Littérature (34)
Culture (23)
Souvenirs (22)
Société (20)
Roman (18)
Tout afficher
Titres d'émissions
LA 11E HEURE (47)